25 ANS de la montée du FC Martigues en D1, épisode 2

Episode 2 : un derby… Et Martigues n’est plus qu’à 90 minutes du Graal !

Le FCM est galvanisé par ses matches contre Cannes et l’OM. Rien ne lui résiste après avoir dû essuyer la tempête dans les médias après Sedan ou encore des propos de Jacques Thébault, administrateur de la Ligue, qui a fait part de ses doutes sur la capacité financière du FCM d’évoluer en D1. Cette équipe a une âme et du coeur ! Dans l’adversité, les Sang et Or se surpassent. Malgré les embûches rien n’arrête Martigues. Reste à bien négocier le derby à Istres le 8 mai 93.

l’accession, épisode 2

Après quelques remous, Martigues redevient invincible !

le 8 mai 1993, Martigues se déplace à Istres... En l'emportant, le FCM aurait les cartes en main lors de la dernière journéele 8 mai 1993, Martigues se déplace à Istres… En l’emportant, le FCM aurait les cartes en main lors de la dernière journée

CLIQUER ICI : journal du samedi 08 mai 1993 sur la présentation du derby

Depuis sa victoire contre Cannes, le FCM ne lève pas le pied. Heureusement car les Cannois non plus eux qui tiennent un rythme infernal pour remonter d’une place de relégable à la deuxième du classement. Pour garder leurs distances sur les Azuréens, les Martégaux doivent enchaîner les matches sans défaites (7) et à deux journées de la fin UN seul point sépare les deux formations en course pour la D1. Pour son dernier déplacement de la saison, le FCM doit aller défier son rival de toujours : le voisin istréen. Un derby à enjeu, car si Martigues joue l’accession directe, les Violets peuvent encore prétendre à la place de barragiste même s’il faudrait un gros concours de circonstances pour l’obtenir. A l’époque, il y avait un barrage entre un club de D2 et de D1, qui a fait son retour en 2017. On annonce un engouement sans précédent. Le bon vieux stade Bardin va faire le plein. Match à guichets fermés. Près de 3500 personnes vont prendre place dans l’enceinte du rival de toujours. Un stade quasiment tout acquis à la cause des Martégaux. Si les Istréens préviennent qu’ils ne seront pas là pour, « casser du martégal », il ne faut cependant pas s’attendre à ce que les Violets, « facilitent la tâche du leader. »

L’affaire Mazzéo et l’affaire Thébault n’auront pas raison du rêve martégal !

On ne parle que de ce match sur le pourtour de l’Etang de Berre. Même dans toute la région. C’est bien simple, même l’OM qui attire tout comme un aimant se voit reléguer au second plan malgré la coupe d’Europe. Il ne se passe pas un instant sans que cela ne parle pas ballon rond dans les rues de Martigues ou d’Istres et pour une fois pour parler d’autre chose que l’OM. Même les plus fervents istréens sont prêts à voir leur « meilleur ennemi » atteindre l’Elite du foot français. Les propos de Jacques Thébault, l’administrateur de la Ligue Nationale, demandant dans une lettre ouverte d’empêcher Martigues de monter en D1 (puisque selon lui le FCM n’aurait pas les reins solides financièrement) ont eu pour effet de créer l’union sacrée : tout le monde s’est rallié à la cause martégale !

L’union fait la force, et le dindon de la farce, sera bien cet administrateur qui avance des propos sans avoir eu entre les mains le budget concocté par les dirigeants Sang et Or. Aurait-il oublié le soutien de la Ville et que Michel Berard est comptable de profession ? D’ailleurs après l’affaire Sedan et Mazzéo, puis celle-là, si financièrement le bateau martégal est à flot, il a aussi des âmes solides qui rament vers la D1. Contre vents et marées, les Sang et Or se sont accrochés à leur rêve. En France pourtant on aime ces histoires à la « David contre Goliath », où les petits parviennent à terrasser les géants. On aime les petit-poucet. Pensez-vous, un village de pêcheur s’invitant dans l’Elite, cela fait moins bling-bling que Cannes ? Et c’est ça qui est d’autant plus beau et grand !

L'avant dernière journée, grâce à un but de Haja Ralaikera (tout un symbole) le FCM s'offre le derby et n'a plus qu'à disposer de Créteil pour monter en D1 !L’avant dernière journée, grâce à un but de Haja Ralaikera (tout un symbole) le FCM s’offre le derby face au voisin istréen et n’a plus qu’à disposer de Créteil, une semaine plus tard, pour monter en D1 ! 90 minutes pour atteindre son rêve !

CLIQUEZ ICI : journal du dimanche 9 mai 1993 retour sur le derby

Sarramagna demande à Ralaikera, devenu défenseur, de regoûter au poste d’attaquant

Le jour du derby arrive, bien avant la rencontre, les travées de Bardin sont pleines. Le coup d’envoi est prévu à 18h et pourtant, ils sont tous massés autour du stade. Tous n’ont pas voulu rater l’évènement pour pouvoir dire. Christian Sarramagna tente un coup de poker en titularisant Haja Raleikera à la pointe de l’attaque aux côtés de Jean-Roch Testa. Tout un symbole, le lutin malgache va être le bonhomme de ce match, lui qui est le plus martégal de tous les Malgaches. Sarramagna l’a reconvertit à un poste défensif, et ce jour-là, il lui demande de revenir à ses premiers amours d’attaquant. Peut-être un coup de poker tenté grâce au concours de Gilbert Créola, proche du tacticien martégal, qui avec entre autre l’astrologie, permet de définir des courbes de formes et de performances. Il a (ont) eu le nez creux ! L’ouverture de Stéphane Roche côté gauche est lumineuse. Haja contrôle et vient fixer Beaufreton. Il temporise, lève la tête et décoche une frappe croisée du gauche imparable (0-1, 37e). Il n’a pas perdu l’instinct du buteur ! Ce petit but, les Martégaux vont chèrement le défendre. Martigues gère en patron face à des Istréens qui n’ont pas grand chose à se mettre sous la dent. Le FCM enlève le derby et se retrouve à 90 minutes et une victoire de la D1 !!! (la suite à lire demain)

4 reflexions sur “25 ANS de la montée du FC Martigues en D1, épisode 2

  1. Pour anecdote en revenant d’istres ou les sang et or s’étaient brillamment imposés et rapprochés de la première division christian sarramagna l’entraîneur martegal annonçait qu’il prolongeait son contrat pour 2 ans avec le club de martigues .

  2. Trop bon de revivre ça.
    Dire que j’y étais au stade.. C’était des vrais derbys à l’époque…
    Dommage d’avoir perdu cette rivalité.

  3. 01/12/92 Après 1 passage au havre ac en d1 jean Roch testa l’ancien gueugnonnais auteur de 19 buts la saison passée revient en d2 a martigues. Bingo doublé face au voisin istreen pour son premier match en sang et or a turcan (41e et 69e) 3-0 et doublé lors de son ultime rencontre face à creteil (5e et 45e) 2-1 total 9 buts en championnat dont 3 doublé et 3 buts en cdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *