CFA, Maverick Barsotti en équipe de France Universitaire: Rencontre avant sa 1ère « cap » !

Sur un nuage, Maverick Barsotti ne rêve pourtant pas. Après des saisons qui auraient pu l’écœurer, le «Minot», surnom donné par ses coéquipiers, s’est accroché. Venu de Gardanne pour jouer avec la réserve, il intègre le CFA pour pallier les forfaits. Lancé dans le grand bain face à Hyères, le bateau coule (1-4) mais lui montre de belles promesses. Trois mois plus tard, du haut de ses 20 ans, il est indiscutable à son poste au milieu et intègre même l’équipe de France. portrait et interview->

«J’ai connu une ascension fulgurante après être resté en rade durant de longues années, avoue-t-il. C’était souvent injuste voire même décourageant. Mais je n’ai pas baissé les bras me disant que le travail paie toujours.» Son travail est reconnu et son rêve se poursuit, puisqu’aujourd’hui, il a pris la direction du Mans pour défier les Manceaux (L2) avec l’équipe de France Universitaire (mercredi à 14h30). Etudiant en fac de droit il a séduit les sélectionneurs et fait parti des 16 heureux élus qui ont un niveau National/CFA. Après une telle ascension, ils sont nombreux à se brûler les ailes, «mais mes parents, les joueurs et le staff sont-là pour me guider. Je sais d’où je viens pour ne pas commettre l’erreur de croire que tout est acquis.»

Cela fait quatre mois qu’il est sur son nuage mais il n’a pas les chevilles qui enflent. Après avoir éclot il sait qu’il doit s’affirmer car le plus dur c’est de s’inscrire dans la durée. «Martigues m’offre un rêve incroyable et je suis reconnaissant de cette chance que j’ai aujourd’hui, dit-il. Je veux réussir avec ce club et pour ceux qui me font confiance. C’est en m’appuyant sur toutes ces personnes et mon club que je pourrais encore m’épanouir. J’ai tellement galéré que je me dois de progresser et de voir loin.» Arrivé pour jouer avec la DH, il joue aujourd’hui en CFA et il va honorer sa première «cap» sous les maillot bleu… Le tout en quelques mois. Il s’est révélé, restera à s’affirmer

Maintenant il a en point de mire un autre rêve avec les Universiades du 6 au 17 juillet prochain à Kazan (Russie) pour représenter le France pour ce que l’on apparente aux JO universitaires. «Porter le maillot de son pays, entendre l’hymne, défendre sa patrie, c’est une grande fierté, souligne-t-il. C’est un challenge excitant. Comme au FCM, à moi de m’inscrire dans la continuité avec l’équipe de France. C’est dans la durée que l’on verra mes capacités et mon potentiel.» Maintenant qu’il est sur orbite, reste à ce qu’il ne soit pas, comme beaucoup, une étoile filante. Quand on voit le garçon sur le terrain et qu’on le côtoie en dehors, il a tous les ingrédients pour réussir : la tête bien pleine, un entourage sur ses gardes, le soutien de ses coéquipiers, et surtout il s’affirme de sortie en sortie.

«Je veux faire de mon mieux ! J’ai tellement galéré que je me dis que je suis dans un rêve. Je me demande à quel moment je vais me réveiller. Mais je veux rester éveillé. lance-t-il toujours ébahi. Pour cela, je me dois de bosser dur, d’écouter les conseils et surtout profiter de l’instant présent. J’ai le soutien et les conseils du staff, des grands frères dans le vestiaires, une famille unie. Ce n’est qu’un début car je ne veux pas que cela ne soit qu’un feu de paille.» Avec cette philosophie et ce tempérament, tout est réuni pour qu’il puisse continuer de gravir les échelons. C’est tout le mal que l’on peut souhaiter au milieu martégal qui mercredi portera le maillot Bleu de France universitaire. Son ascension se poursuit: pourvu que ça dure ! C’est tout le mal que l’on souhaite à la « bonne pioche » du mercato estival.

Maverick Barsotti pour ses premiers pas sous le maillot martégal face à Hyères

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *