Après Nîmes 2-3 FCM: Les réactions et l’analyse de la rencontre

Si ce n’est qu’un match amical, il est bon de le gagner. Surtout que le FCM reste sur 4 nuls en championnat. Erceau avait demandé à ses joueurs de jouer la carte offensive pour retrouver le goût de la gagne car depuis que Martigues est plus solide, il n’arrive plus gagner. Le coach martégal cherche le bonne formule pour allier réussite offensive et solidité défensive. Après ce match difficile de savoir qu’elle est la bonne formule.

Jérôme Erceau, entraîneur de Martigues: «Je suis satisfait du résultat mais il ne faut pas qu’il masque la performance. Je ne suis pas plus que cela convaincu par ce match car nous avons fait preuve d’un trop grand manque de rigueur. En fait pour retrouver de l’allant offensif, car en ce moment depuis que l’on a retrouvé une certaine solidité on est moins dangereux, j’avais demandé aux garçons de jouer l’attaque. Je ne sais plus si on doit jouer pour mettre un but de plus que l’adversaire et se mettre en difficulté, ou bien, tenter d’être d’abord solide et de jouer nos coups à fond. C’est le paradoxe après ce match. En même temps on sort d’une grosse semaine d’entraînement qui, selon moi, a été la meilleure faite par les joueurs depuis le début de l’année. Une semaine réalisée à fond par chacun ! Alors on pouvait aussi manquer de fraîcheur car même si j’avais demandé de jouer, on a pas été hyper dangereux. Nous avons surtout été réaliste. Ce qui est bien, c’est que même en amical, on est une équipe dure à battre. Le but c’est d’être prêt pour Ajaccio et de trouver le bon équilibre.»

Grégory Dutil, attaquant de Nîmes: «La défaite est logique car depuis quelques temps on fait trop d’erreurs défensives que l’on paye cash ! On prend trop de but évitable mais on manque de rigeur. De mon côté, je sors d’une période de disette. C’était difficile pour moi car après avoir peu joué l’an passé, j’étais un peu juste physiquement. Et quand le physique ne va pas, le reste ne va pas non plus. Là, je suis de mieux en mieux. J’ai un rôle de joker et il faut que je réponde présent lorsque l’opportunité se présente car devant on a un « monstre » avec Koné. Mais, à mon âge, ce qui compte c’est l’aspect collectif. Et notre objectif c’est de monter. En ce qui concerne le FCM, c’est mon club de coeur, et je suis toujours de près ses performances et je suis toujours très content de revoir certaines personnes. Je n’ai pas oublié ce club qui en moi pour toujours. J’ai été agréablement surpris par sa qualité de jeu. Et sur l’aspect tactique je comprend pourquoi le FCM est difficile à battre.»

A L’INTERIEUR DU MATCH

Il y a eu des occasions, de l’envie mais une fois de plus de grosses erreurs, du propre aveu de l’entraîneur martégal. Il a pointé le manque de rigueur, qui a été visible des deux côtés, avec des buts encaissés vraiment évitables. Il y a eu quelques erreurs inhabituelles qui peuvent être dûes à la fatigue. Mais comme le dit le coach, lorsqu’il y a de la fatigue cela doit décupler la rigueur, et selon lui cela n’a pas été le cas. Koné a encore fait l’étalage de son talent, mais Descamps et Chavas ont montré qu’après une période délicate, ils étaient de retour. Martigues a tenté de développer du jeu mais il a manqué le dernier geste. Depuis quelques semaines, le FCM est beaucoup plus solide et de ce fait moins fringuant aux avants postes, et cela se ressent lorsque Martigues tente de prendre le jeu à son compte. Les Martégaux ont essayé de développer du jeu, et l’équilibre attaque-défense est difficile à trouver. Ce qui est bien, c’est d’avoir renoué avec la victoire même si ce n’est qu’un match amical, d’avoir su revenir au score et d’être allé de l’avant jusqu’au bout. Il reste une semaine pour trouver les bons ajustements pour renouer avec la victoire à domicile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *