CdF 16ème, Régis Brouard: « Quevilly et Martigues ont beaucoup de similitudes »

L’entraîneur de l’Union Sportive Quevillaise, Régis Brouard, nous a accordé un peu de son temps pour nous parler du tirage de Coupe de France qui opposera sa formation à celle  du FC Martigues en 16ème de finale de coupe de France le 22 janvier prochain (18 ou 20h). Il revient aussi sur ses souvenirs, bons ou mauvais, de sa carrière d’entraîneur ou de joueur face aux « sang et or »… Entretien :

Régis, au moment du tirage qu’avez-vous ressenti lorsque le nom de votre club a été sorti du chapeau ?

Forcément un énorme soulagement de voir le nom de Quevilly sortir en premier car nous étions sûr de recevoir dès lors. Ensuite en prenant Martigues, un autre club de CFA, cela laisse encore plus de place de passer que de recevoir une L1 par exemple. Mais, si nous voulons connaître les mêmes joies que l’an dernier en jouant des gros calibres, il faudra passer l’obstacle martégal et ce n’est pas joué d’avance  car à Martigues il y a toujours des guerriers. Ce qui est drôle c’est qu’il n’y a pas si longtemps on s’est entretenu avec Franck Priou, mais nous étions loin de nous imaginer jouer l’un contre l’autre.

Si le tirage avait eu lieu dans l’autre sens, comment auriez-vous pris la chose ?

Comme Martigues doit le vivre en ce moment, c’est à dire se demander comment faire pour le déplacement. Pour notre part on vient de se farcir 16h de bus pour Trelissac donc je peux vous dire que derrière il vaut mieux gagner sinon le voyage est long ! J’ai pu discuter avec Patrice Eyraud et c’est vrai qu’un tel tirage n’est pas une partie de plaisir pour celui qui se déplace.

Quelles sont vos ambitions en coupe et championnat ?

Nous avons un objectif commun avec Martigues celui d’accéder au CFA. Et comme le FCM, nous ne devons pas nous tromper d’objectif même si Quevilly à une longue histoire avec la coupe et que les dirigeants ainsi que les joueurs veulent toujours aller le plus loin possible chaque saison. Il n’ y a que la coupe qui donne autant d’émotions.

Quevilly c’est l’équipe surprise de l’édition précédente (défaite en demi-finale) mais aussi un habitué de l’évènement ?

Effectivement, sur les 10 dernières saisons l’USQ a réussi à atteindre à 7 reprises le stade des 32èmes de finale et ce n’est pas donné à tout le monde et c’est encore la volonté du club de réussir encore un coup dans la compétition et cela passe par battre Martigues pour tenter je tirer le gros lot ensuite.

Vous nous dites que Martigues et Quevilly c’est proche sur plusieurs points, vous nous annoncez donc une partie qui va se finir aux tirs au but pour vous départager ?

Je n’espère pas (rires) ! Ce qui est sûr c’est que nous sommes tous les deux en haut de l’affiche en CFA, on a le même objectif de monter en National, on fait un joli parcours en coupe. La seule chose qui change c’est que nous jouons dans deux groupes différents où le jeu est totalement différent. Mais il est vrai que Quevilly et Martigues ont beaucoup de similitudes. Cependant, on espère que l’on arrivera se départager avant les pénos.

Martigues ce n’est pas que des bons souvenirs pour vous ?

Lors de ma dernière rencontre face au FCM j’ai perdu ma place d’entraîneur à Nîmes lorsque Martigues a fait le nul (0-0) aux Costières même si d’autres problèmes étaients présents. Il y a aussi une année avec Rodez avec qui on prend 3-0 à la maison et 5-0 à Turcan alors que nous avions pour objectif de monter en National. Mais quand même j’ai aussi de bon souvenirs (rires). Avec Nîmes on a mis un 4-0 à Martigues sur sa pelouse en National ou lorsque je jouais je me souviens de mon dernier match à Turcan en tant que joueur. Nous avions gagné 1-0 avec Cannes. Donc, vous voyez tout n’est pas si mauvais !

Vous connaissez bien le FC Martigues ?

Lorsque j’avais été démis de mes fonctions à Nîmes je suis venu souvent au stade cela m’a permis de rester dans le milieu, de voir du jeu, des joueurs… Cependant, depuis que je suis à Quevilly tout à changer du côté de Martigues et ce n’est plus la porte à côté. C’est donc un peu l’inconnu mais je réussirais à avoir de bons renseignements. En tous cas, cela nous promet une belle rencontre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *