FCM 0-1 Toulon: Les Toulonnais s’imposent comme à la maison !

Dans les tribunes et sur le terrain, on avait vraiment l’impression que nous étions à Bon Rencontre. Si du côté des supporters ce n’est pas une nouvelle, du côté du rectangle vert cela en fut une ! Toulon solidaire, Toulon combatif, Toulon avec plus d’envie… La victoire ne souffre d’aucune discussion. Les Martégaux n’auront pas su se faire respecter sur leur terrain et depuis plus de deux mois ne gagnent plus à domicile et restent sur quatre matches sans victoire. Ce soir, c’est le STV qui occupe la première place, pas mal pour un club soi-disant en crise, même si Brando pourrait prendre plus de poids au STV…

La recrue Dembélé, excellent hier soir, est alignée d’entrée de jeu pour permettre à Freitas d’être associé à Mairet dans l’axe de la défense martégale. Martigues entame bien la rencontre et n’est pas inquiété. Toulon est bien en place. Les Varois commettent des fautes qui permettent à Chavas d’apporter le danger sur coup-franc. Cependant, s’il y a des cafouillages, Munoz n’est pas mis à mal. Firquet donnera la réplique en obligeant Reynet à boxer. L’échiquier est bien quadrillé, il est difficile de mettre en défaut les défenses.

Monsieur Naas sort les cartons comme des petits pains (9 au total) dans une partie engagée mais ou pourtant il n’y a pas de mauvais gestes. Le match est serré, les duels sont âpres, la conquête du ballon est intense ! On sent bien que ce match de CFA a le même parfum qu’un match de coupe et que cela se jouera à l’envie, aux forceps et sur un coup de pied arrêté. Les deux équipes regagnent les vestiaires sur un score de parité, après 45 minutes pauvres en occasion mais riches en intensité. Ce choc au sommet tient ses promesses !

De retour des vestiaires, Gache puis Dembélé tentent leur chance de loin. Schianchi entre à la place de Ducarre, mais l’ancien marseillais ne rentrera jamais dans son match. La défense martégale est très satisfaisante tandis que le milieu et l’attaque sont complètements désordonnées. Toulon reste sur ses bases de la première période et pour sa première tentative va faire mouche. Coup-franc côté droit, Gbadamassi a tout le loisir de placer sa tête décroisée (0-1, 53e).

A partir de ce moment-là, le FCM ne va pas se révolter mais va complètement jouer à l’envers. Les passes sont imprécises, les centres rares, et que dire des frappes. C’est du pain béni pour le STV qui est bien en place et qui n’a pas à se découvrir face à la pauvresse du jeu martégal, alors que pourtant Priou avait demandé à ses hommes d’écarter le jeu. Il faut attendre la 80ème minute pour voir le FCM venir mettre à contribution Munoz. Descamps adresse une frappe croisée que le portier Varois sort du pied de façon magistrale.

Mais c’est trop peu ! Les Martégaux n’y arrivent pas et les toulonnais sont à deux doigts de faire le break lorsque Firquet frappe mais Freitas sauve sur la ligne (91e). Dans la foulée, Martigues obtient un corner. Reynet monte et voit le ballon lui arriver sur son pied gauche. Il ne se pose pas de question et croise sa frappe qui est elle aussi sauvée sur la ligne (92e). C’est Toulon qui rit et Martigues qui pleure. Le FCM n’a pas été à la hauteur de l’évènement !

FICHE TECHNIQUE

Stade Francis Turcan. Arbitres : M. Nass assisté de MM. Pouillaude et Chevalier. Mi-temps : 0-0. Spectateurs : 1000.

But-Toulon : Gbadamassi (53).

Avertissements-Martigues : Gache (9), Bochu (15), Freitas (30), Schianchi (63) ; Toulon : Gbadamassi (17), Cousyn (42), Esparza (60), Sbai (67), Tlemcani (70).

Martigues : Reynet – Belloumou, Mairet, Freitas, Martinez – Ducarre (Schianchi), Dembélé, Bochu – Gache (Kara), Chavas, Descamps. Entraîneur : Franck Priou.

Toulon : Munoz – Kipré, Tlemcani, Zemzemi, Sbai – Cousyn, Gbadamassi, Esparza, Firquet – Bouchoux (Camara), Rancurel (Ettien). Entraîneur : Franck Zingaro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *